Les beaux problèmes de la SAQ


La SAQ va bien, c’est le moins qu’on puisse dire. Les profits sont en hausse de 16% au 2e trimestre. Les ventes sont également en hausse de 8%. Tellement que la SAQ est confrontée à des problèmes de croissance : elle doit se transformer pour continuer à grandir.


Des installations à agrandir et moderniser

La chaîne logistique de la SAQ n’a pas été modernisée depuis 20 ans, révèle la PDG de la SAQ dans une grande entrevue qu’elle accorde à Pour votre info. Or, l’essor du commerce en ligne (dont le volume a plus que doublé en un an, selon la PDG) étire les capacités logistiques et d’approvisionnement de la société d’État.


« On est rendus à un point de pivot. Il faut investir, il faut moderniser notre chaîne pour être en mesure de répondre à la demande de notre clientèle. Pour moi, c’est hyper important - c’est l’évolution de la SAQ, et ce qui fait qu’on va rester pertinents dans un commerce de détail qui est en pleine ébullition ».



Choisir de ne pas fermer, un véritable test de leadership

Lorsqu’elle est devenue présidente et chef de la direction de la SAQ il y a un peu plus de trois ans, Catherine Dagenais savait qu’elle endossait une grande responsabilité. Mais elle ne s’attendait pas à traverser une crise comme celle qui lui réservait la pandémie.


« Le jour où tout était fermé sauf la SAQ, j’avais des pressions de l’interne. On me disait ‘On devrait fermer Catherine, c’est dangereux’. Et j’ai donc dû prendre une décision. Je ne pouvais plus demander à mon patron! J’en suis venue à la conclusion que la priorité, c’était d’assurer la santé et la sécurité des employés, mais on avait la responsabilité de rester ouverts ».


L’entrevue complète avec la PDG de la SAQ Catherine Dagenais est disponible sur Spotify, Apple Podcast, et partout où vous écoutez vos balados.